Recherches

Hourra! L'économie verte apparaît dans le décret de développement


C'est la première fois que dans un ensemble de lois importantes comme la Décret de développement approuvé par le gouvernement dont nous parlons expressément économie verte. Cela suffit à en faire un point de départ intéressant dans la réflexion sur les interventions nécessaires pour relancer l'économie italienne de manière durable, même si évidemment sa mise en œuvre pratique reste à vérifier.

Autres points du décret-loi "Mesures urgentes pour la croissance du pays"Semble confirmer la direction verte du système de régulation, depuis la constitution du Fonds pour la croissance durable à la crédit d'impôt pour le recrutement de personnel hautement qualifié, de Plan national des villes à la création deAgence pour l'Italie numérique, des provisions pour la gestion et la comptabilité des biocarburants les nouvelles dispositions sur l'exploration et l'extraction d'hydrocarbures. Quelques doutes, cependant, sur la réduction de la déduction fiscale pour les frais d'interventions de requalification énergétique des bâtiments, bien qu'il semble compensé par l'augmentation des déductions fiscales personnelles sur les rénovations en général.

Parler de économie verte c'est de l'art. 57 du décret, qui vise à promouvoiremploi des jeunes dans les secteurs suivants: énergies renouvelables; sécuriser le territoire, infrastructures, bâtiments; biocarburants; efficacité des utilisations finales de l'énergie. Le prêt bonifié accordé par le Fonds de Kyoto est étendu aux entreprises opérant dans ces régions qui embauchent de nouveaux employés.

La Fonds pour une croissance durable prévu à l'art. 23 remplacera l'ancien fonds renouvelable spécial et aura pour objectif la réorganisation, la rationalisation et la reprogrammation des instruments nationaux existants pour la stimulation des activités entrepreneuriales par l'abrogation des règles, la simplification des procédures et le remodelage des réglementations préexistantes. Le tout dans un souci de rigueur financière et de maîtrise des coûts.

Art. 24 insère la contribution via crédit d'impôt pour les nouveaux employés de profils hautement qualifiés, contribuant ainsi à encourager l'innovation et l'augmentation des investissements en recherche et développement par le système de production. Le rapport annuel 2012 de l'ISTAT indique que la part des dépenses de recherche en 2010 en Italie est toujours de 1,26% du PIB, contre 2% de la moyenne de l'UE.

La Plan national des villes visée à l'art. 13 visera le réaménagement des zones urbaines, avec une référence particulière aux zones dégradées. Si en termes de principe général, l'intervention est un principe fondamental de simplification, en termes de détail la règle simplifie la pléthore d'obstacles bureaucratiques auxquels l'entrepreneur doit faire face lors du processus fatigant d'obtention des autorisations d'intervention dans le bâtiment.

L'article 19 établit leAgence pour l'Italie numérique, sous la tutelle du Premier ministre, qui se substitue à DigitPA et à l'Agence de diffusion des technologies pour l'innovation, entités qui sont en cours de suppression. Les compétences de l'Agence viseront à contribuer à la diffusion des technologies de l'information et à assurer la pleine interopérabilité des systèmes d'AP entre eux et avec ceux de l'Union européenne, tout en rationalisant les dépenses informatiques.

Art. 34 introduit une rationalisation de la chaîne de production de biocarburants à utiliser dans le secteur des transports afin de favoriser une plus grande incision du système de production et de transformation national et communautaire par rapport aux produits finis hors de l'UE. L'origine de la matière première issue de la chaîne d'approvisionnement nationale, ainsi que les prévisions de production et de transformation des biocarburants sur le territoire européen, devraient permettre une réduction des émissions de CO2.

L'art est également important d'un point de vue environnemental. 35 du décret de développement qui en institue un seul, plus rigide, pour le pétrole et le gaz bande de respect - passant du minimum de 5 milles à 12 milles des côtes et du périmètre extérieur du aires protégées marines et côtières - pour toute nouvelle activité de prospection, de recherche et de culture. La nouvelle limite, plus restrictive, permet encore la réalisation d'activités entrepreneuriales importantes pour la recherche de sources d'énergie et pour le développement économique et de l'emploi du pays, mais protège davantage les côtes d'éventuels accidents.

Quant aux préoccupations, la principale concerne l'art. 11 qui réduit de 55% à 50% la déduction fiscale pour les frais de requalification énergétique des bâtiments. Cependant, l'intervention doit être encadrée en vue d'une réorganisation globale des déductions de l'impôt sur le revenu des personnes physiques sur les rénovations en général, que la Dl relève de 36% à 50% jusqu'à un maximum (également élevé par rapport à avant) de 96000 euros pour chaque unité de propriété.

Édité parMichele Ciceri



Vidéo: Les métiers de léconomie verte - IET (Octobre 2021).